2 mois sans article c’est long et nous sommes déjà de retour en France, mais nous avons eu un petit contretemps dans un bus de nuit au Pérou et nous nous sommes fait voler un petit sac à dos avec notre ordinateur, nos chargeurs et adaptateurs, lunettes de soleil… Bref rien de grave mais un petit coup au moral et surtout plus de support pour écrire notre blog !

Nous tenons quand même à partager la fin de nos aventures et voici donc le récit de notre semaine à Santa Cruz et Samaipata à l’est de la Bolivie.

Cet article sera le seul sans photos, car elles étaient encore sur le PC…

*****************

Un hôtel un peu miteux + une nuit en bus sur une route en terre + un repas sur un marché douteux + un diner tout aussi douteux = mix parfait pour tomber malade !

Anaïs ne se lèvera pas pendant 3 jours entre fièvre, vomissements et autres petits dérangements intestinaux. Elle trouvera juste un peu de force pour se trainer dans un hôtel un peu plus calme et propre ! Autant dire que nous n’avons pas vu grand chose de Santa Cruz, ville pourtant réputée pour être la plus riche et la plus développée du pays. Durant ce temps Manu ira se faire couper les cheveux, et pour une fois le résultat est plutôt pas mal (contrairement aux coupes triangulaires ou carrément patatoïdales qu’il a pu avoir en Asie). On trouvera quand même un genre de kebab qui aidera Anaïs (ou Manu en tout cas…) à se sentir bien mieux, rapidement contrebalancé par la ballade sur les stands de viande du marché !

Aux premiers signes de mieux, on file se mettre au vert à Samaipata. Petite ville nichée au cœur des montagnes et du parc national Amboro. Elle est surmontée du fort pré-Inca El Fuerte, un énorme roc gravé et taillé (énorme roc = le haut de la colline en fait…). Elle est aussi réputée pur être la ville bolivienne avec le plus de nationalités différentes (environ 40) et une grande communauté allemande (on y aura mangé les meilleurs gâteaux et les meilleurs jambons du voyage! )

Le temps de trouver une petite équipe pour partager les frais d’un guide et Anaïs repart s’écrouler dans notre petit dôme en terre dans notre camping bio écolo. S’ensuivent 2 jours avec un super guide (un autrichien expatrié depuis près de 20 ans) qui nous parlera en détail de cette culture pré-Inca. Nous partons donc tous ensemble pour 2 heures de 4*4 dans la montagne. On observe au passage : condors, aigles, biche, serpent…  avant de passer à  une randonnée qui commence par une foret sèche pour arriver à une foret très dense et humide : une forêt primaire ! Joyau du lieu et dont personne n’a encore réussi la traversée aujourd’hui !

Le chemin est plus que boueux et glissant mais on revient ravis de cette escapade. Une dernière part de gâteau allemand et nous repartons vers le nord de la Bolivie et la forêt amazonienne…

Informations pratiques :

1€ = 8 bolivianos

  • El jardin : chambre dans un joli petit dôme en terre : 130 bolivianos
  • tour avec guide et transport à El Fuerte : 60 bolivianos/pers
  • entrée au fort : 50 bolivianos/pers
  • hôtel chambre double et salle de bain partagée : 70 bolivianos/2 pers
  • tour Amboro (7 personnes) : 160 bolivianos/pers
  • taxi Santa Cruz – Samaipata : 35 bolivianos

4 réflexions au sujet de « Samaipata et le parc national Amboro »

  1. C’est pas de chance, ça faisait bizarre de ne plus avoir de vos nouvelles. bon retour en France !

    • Oui ça nous a mis un petit coup au moral, mais on sentait le coup venir, tous nos amis rencontrés en chemin ont eu un souci de vol ou d’agression en Amérique du Sud. Donc finalement, c’était vraiment pas si grave ce qui nous est arrivé !

  2. Ola!
    On était inquiet! Pas de chance! Le moral est meilleur depuis sans doute?
    Pas trop dur de reprendre une « activité normale » après toutes ces belles choses et aventures vécues?
    Le débriefing s’est bien passé?
    Nous attendons la suite des aventures!
    Bises à vous deux.
    Elisabeth et Jean-louis

    • Oui on s’en est remis… !
      Beaucoup de gens nous demandent si le « retour à la vie réelle » se passe bien… On a plutôt l’impression que la vie réelle c’est l’année qui vient de passer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web