FIMG_3456in de la première semaine de cours, on se fait un mini sac et on saute dans le premier bus direction Valparaiso.

On arrive en soirée, les couleurs saumonées du coucher de soleil se reflètent sur les 44 collines de la ville. Nous partons de suite découvrir un peu la ville et déguster une Chorillana dans le restaurant où elle a été inventée : Cruz. Une oeuvre d’art culinaire composée d’un plat de frites croustillantes recouvert de fines tranches de viande de boeuf bouillies très salées, d’oignons et d’oeufs brouillés. On peut y rajouter une mayonnaise à la citrouille ou de la sauce tomate pimentée. Nous en ressortons repus et nous rejoignons notre auberge située en haut d’un cerro (colline) ! Dur dur de grimper…

Le lendemain matin, avec 2 françaises rencontrées pendant le petit déjeuner à l’auberge de jeunesse, on rejoint le groupe Tour 4 tips pour une visIMG_3479ite gratuite de la ville en échange d’un pourboire. Comme à Santiago, la visite est faite par un jeune super motivé et qui nous donne pas mal d’adresses et de bons plans.

Sur les 44 collines on se contentera de 2 pendant la visite : Cerro Concepcion et Cerro Alegre, les plus connues et les plus touristiques. Il y a plein de recoins, de passages, d’escaliers colorées qui mènent a des ruelles ou toutes les maisons sont peintes et taguées. Les styles sont variés, colorés. Valparaiso mérite bien son nom de capitale du street art !

Nous passerons le reste de la journée avec Rémi, un autre français rencontré pendant la visite. Au menu : déjeuner d’empanadas et ballade en haut des cerros pour rejoindre et visiter la maison de Pablo Neruda. Sa maison, fabriquée comme un bateau, bénéficie d’une vue magnifique sur la baie et on en profite pour se remémorer la carrière de ce poète, homme politique, écrivain, ambassadeur et accessoirement prix nobel de littérature.

IMG_3514J’avoue que j’ai vécu, est parue à titre posthume :

« Je veux vivre dans un pays où il n’y ait pas d’excommuniés.
Je veux vivre dans un monde où les êtres soient seulement humains, sans autres titres que celui-ci, sans être obsédés par une règle, par un mot, par une étiquette.
Je veux qu’on puisse entrer dans toutes les églises, dans toutes les imprimeries.
Je veux qu’on n’attende plus jamais personne à la porte d’un hôtel de ville pour l’arrêter, pour l’expulser.
Je veux que tous entrent et sortent en souriant de la mairie.
Je ne veux plus que quiconque fuie en gondole, que quiconque soit poursuivi par des motos.
Je veux que l’immense majorité, la seule majorité : tout le monde, puisse parler, lire, écouter, s’épanouir. »

IMG_3524

On finit l’après midi à Polonco avec une nouvelle fois des œuvres magnifiques dans les rues et une jolie vue sur la baie, IMG_3544en rentrant en trolleybus (un genre de bus-tramway). Rémi nous invite en début de soirée à partager un maté avec lui (infusion très répandue en Argentine qui se consomme en la partageant avec ses voisins) dans son auberge. De fil en aiguille une soirée se prépare, plusieurs personnes fêtent leur anniversaire, et on nous propose de rester et de partager le repas autour d’un bon barbecue… La soirée passe, on rencontre pas mal d’expatriés qui nous racontent un peu leurs expériences et nous donnent des conseils pour la suite de notre périple. Encore une fois ça parle français, anglais, espagnol, les gens viennent d’un peu partout dans le monde. Nous repartons de cette soirée le sourire aux lèvres, heureux d’avoir rencontré de nouvelles personnes avec des parcours aussi insolites et intéressants. Quelle richesse !

Le dimanche on se régale avec le super petit déjeuneIMG_3529r de l’auberge (confitures maisons : le luxe pour Anaïs après 8 mois de confitures sans fruits…) et on part fureter du côté de ruelles encore inconnues, découvrir les artisans de la ville et on rencontre un couple de français qui tient un magasin d’artisanat, produits bio et produits faits maison. Installés depuis un an et demi à Valparaiso, ils avaient baroudés pendant un peu plus d’un an en Amérique du sud. Leur boutique est magnifique, leur histoire aussi, un bébé est né ici… encore un coup de cœur…

Puis direction le marché aux poissons pour voir … tadam… les lions de mer !!! Ils viennent manger les décIMG_3626hets de poissons du marché. Malins ces grosses bêtes ! Il y en a au moins une trentaine qui laissent aller leur corps dodus au rythme des vagues . On les reverra le long de la digue à bronzer au soleil et grogner entre eux.

Avant de rentrer, on va au marché, on en profite pour faire le plein de crayons pour l’école, bonnet et gants pour notre aventure patagonienne le tout à prix défiants toute concurrence ! (6 € pour un bonnet, une paire de gants polaire, des collants et une paire de sous-pantalon en polaire pour homme -c’estIMG_3573 à dire avec une petite ouverture pour… enfin bon, un truc super classe-)

Il est déjà temps de rejoindre Santiago, ce week end est passé tellement vite. On aurait envie de le prolonger encore et encore… Et c’est la tête encore remplie par toutes les rencontres faites en un week end qu’on s’endort en 2 minutes dans les bus ultra conforts chiliens !

Informations pratiques : 

1€= 670 pesos chiliens ($)

– 4000 $ : bus Pullman Santiago – Valparaiso. Super confortable.

IMG_3436 le dimanche on a voulu essayer une autre compagnie mais hélas on a payé plus cher… Tur Bus (Mais la différence de prix est sans doute liée à l’horaire… les billets étant plus ou moins chers selon l’heure)

– 9 000$/pers/nuit à l’auberge Casa Aventura. Propre, accueil agréable, dortoir de 3 lits seulement et super petit déjeuner.

– on peut conseiller aussi celle ou nous avons passé notre samedi soir Hostel Voyage : 7500 $/nuit. Accueil en français, anglais et espagnol. Ouvert depuis 3 mois, Grand salon, cuisine, barbecue… très artistique. Page Facebook Hostel Voyage

– Bus en ville entre 230 et 350 selon bus et destination.

– De bonnes empanadas en bas de la rue Urriola, il y a le choix entre 60 variétés !

– 5 000$ : maison Pablo Neruda avec audio guide

Tour 4 tips départ tous les jours à 10h30 Plaza Sotomayor

4 réflexions au sujet de « Un week end à Valparaiso »

  1. je vous admire, vous êtes comme les jeunes que j’aime, aventuriers et ouverts au monde. Bravo, restez jeunes longtemps YANN

    • Merci pour les compliments. On se laisse porter par les rencontres et les paysages et il est vrai que ce mariage fonctionne plutôt bien. Bises

  2. Quel bonheur de commencer la journée du 1er mai avec vos textes, vos photos ! Je viens de copier le texte de Pablo Neruda ! Il faudrait l’afficher dans de nombreux lieux et le faire lire aussi à nos dirigeants…. Je vais l’imprimer et l’afficher dans la salle des profs !

    Il pleut sur Nantes mais le muguet est en fleurs ! Mon genou fatigué m’empêche d’aller au défilé mais j’espère que la pluie ne dissuadera pas ceux qui peuvent y aller….

    Bisous à tous les 2

    • Moi aussi j’ai eut un gros coup de cœur sur ce poème, c’est pour ça que je tenais à la partager. Ici aussi le 1er mai était férié mais pas de manif en vue. Nous sommes en ce moment en Patagonie au milieu des steppes et des glaciers. C’est juste grandiose. Bisous et merci encore pour les photos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.